Le 28 et 29 novembre 2017, Jérôme Jarre, Omar Sy, Mister V et d’autres stars unissaient leurs forces de frappe sur internet afin d’encourager leurs followers à se mobiliser contre la situation au Bangladesh où les Rohingyas, minorité musulmane persécutée en Birmanie a trouvé refuge.

Je t’ai vu sur les réseaux

Jérôme Jarre et son initiative la « Love Army » n’en est pas à son coup d’essai. Il s’est déjà mobilisé pour collecter des fonds après le tremblement de terre de Mexico et la famine en Somalie. Cette star d’internet qui a fait les beaux jours de l’appli Vine a décidé de mettre à profit cette influence pour la bonne cause. Quand certains offrent des codes promo Uber ou Fit Tea, Jérôme Jarre à l’instar du street artiste français JR a décidé d’utiliser sa « fan base » pour faire de l’humanitaire et se sert aujourd’hui de ses réseaux sociaux comme d’une plateforme d’engagement et de levée de fonds envers des actions humanitaires. Au-delà de la noblesse parfois contestée de ce projet, ses actions nous interrogent sur l’utilisation d’internet pour porter des projets de manière la plus indépendante possible.

Tout faire en indé

Depuis plusieurs années Internet a rendu possible de nombreux projets en indépendant. Que ce soit le dernier album de Nekfeu ou la carrière de Youtubeur de Mister V, grâce à l’engagement de communautés sur les réseaux sociaux, ces artistes ont pu percer. Le lien quasi direct entre artistes et followers permet de réduire les intermédiaires et souvent accélérer la mise en place de projets.

Ainsi, il est curieux de remarquer qu’aujourd’hui les artistes sont attachés à se défaire des majors et labels de la même façon que Jérôme Jarre est attaché à contourner les grandes ONG pour donner «directement» aux populations. Alors que les influenceurs présents actuellement auraient pu choisir de soutenir les actions d’ONG déjà existantes à la manière d’Angelina Jolie ou Emma Watson, leur volonté d’indépendance a résonné avec leur public.

Le téléthon 2.0

Collecter des dons rapidement et en faisant appel aux citoyens c’est une manière vieille comme le monde de lever des fonds pour des actions humanitaires. Sauf qu’aujourd’hui des actions comme le téléthon diffusée sur un média boudé par les jeunes ne semble plus pertinent. Cette génération qui veut tout tout de suite a besoin de voir les résultats de son don en instantané : photos, vidéos à l’appui. Cela tout en rejoignant une « communauté » de donateurs en ligne qui prônent la « bienveillance » et tentent de résoudre « eux-mêmes » les problèmes auxquels les autorités et médias ne s’intéressent pas assez selon eux.

Ainsi, avec la Love Army for Rohingyas, les donateurs 2.0 ont pu voir en direct les réactions de leurs stars préférées via leurs vidéos insta et suivre pas à pas l’avancée du projet et donc se sentir plus impliqués. Cette technique est contestable car elle minimise les actions à moyen et long terme et l’aide à la restructuration locale pour résoudre durablement les problèmes qui s’y trouvent, mais elle vient tout de même souligner l’efficacité des campagnes de dons sur internet. Cependant cette façon de collecter des dons prend une ampleur énorme et permet de lever des fonds en un temps record. La Love Army semble plus populaire chez les jeunes que les fameux recruteurs de dons courageux et sûrement frigorifiés à l’heure actuelle (courage les gars) qui fourmillent aux abords de Châtelet et autres lieux. Quoiqu’il en soit, que ce soit sur la toile ou In Real Life, ça réchauffera les cœurs de tout le monde de voir de tels élans de solidarité. Bisous Love.

Share: