Lundi sortait sur l’application de micro-vidéo Blackpills un documentaire inédit sur le phénomène Rilès, l’occasion pour nous de revenir sur cet artiste français qui n’en fini plus de construire sa carrière à l’international.

Ce jeûne Rouennais de 20ans est la nouvelle pépite du paysage musicale FR naviguant entre rap et R’n’B. Il produit, fait du beatbox, chante correctement sans besoin de forcer sur l’auto-tune et kicke dans la langue de Shakespeare. Preuve vivante que rapper en anglais est à la portée des français, il nous rend d’autant plus fiers qu’il a récemment réussi à décrocher un contrat chez Republic Records, du jamais vu chez les frenchies. Après 7 mois de négociations, Rilès a réussi à négocier une liberté artistique complète et garde la totalité de ses droits musicaux. Republic Records se chargera de la distribution tandis que l’aspect production et direction artistique seront à la charge de son label Rilesundayz. Ce contrat a été négocié d’une main de maitre grâce à l’appui d’Anne Cibron juriste et avocate notamment de Booba, et permet à Rilès de s’ouvrir les portes du marché américain qu’il affectionne tant.

En effet, même lors de ses rares interviews Rilès avoue ne pas ou peu s’intéresser à la musique qui se fait en France et se passionner beaucoup plus pour les artistes américains et les musiques propres à la capoeira discipline qu’il a longtemps pratiqué et dont on retrouve l’influence dans les sonorités de ses prods parfois.

Si Rilès se fait discret dans les médias c’est qu’il adopte la même stratégie de communication que PNL et nombre de rappeurs en ne s’adressant à ses fans que via ses réseaux et en English only. On retrouve d’ailleurs certains codes des clips d’Ademo et N.O.S dans le dernier clip de Rilès « Pesetas » ( ci-dessus) tourné dans le désert Salar D’Uyuni dont le paysage est à couper le souffle.

Ce fan incontesté de Kanye West s’inspire à fond de son parcours et de sa musique pour infuser une diversité sonore dans son catalogue musical déjà bien rempli. En effet, Riles n’a pas chômé et en 2017 il décide de publier un nouveau son tous les dimanches, ce rendez-vous donné s’appellera Rilesundayz et deviendra à postériori le nom de son label.

Rilès sera tout l’été sur la route des festivals et notamment aux Solidays le 24 juin, l’occasion pour vous et pour nous d’aller assister en live au phénomène le plus prometteur de France.

@chloeduveau

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Share: