Depuis des mois les tensions aux États-Unis sont nombreuses entre l’Etat et les défenseurs des droits civiques. Avec l’aide des smartphones qui nous apportent désormais les preuves de nombreux faits avérés ne laissant plus aucune place aux doutes (S’il y en avait encore) concernant les problèmes de racismes aux États-Unis. Les discours de haine d’un grand nombre de responsables politiques ou personnalités délient les langues et les doux souvenirs d’un racisme libéré nous reviennent en mémoire.

Dans ce contexte certaines personnalités publiques tentent d’utiliser leur notoriété pour faire passer un message de paix, de tolérance et surtout d’une égalité désirée à tout prix. Colin Kaepernick ancien quarterback star des 49ers de San Fransico est aujourd’hui le plus connu des frondeurs, mais grâce aux nombreux dérapages de Trump, son combat prend une nouvelle dimension.

Footballeurs Américains contre Donald Trump : #Taketheknee

Colin Kaepernick  est un quaterback de 29 ans qui a participé au superbowl en 2012.  Il était à l’époque une star, sans soucis avec les médias. Mais il a fait le choix de tenter de faire changer les moeurs dans sa communauté et se bat pour le respect des droits civiques. Depuis aucune équipe ne souhaite signer le joueur et le débat fait rage aux États-Unis concernant cette situation. En effet bon nombre d’observateurs et joueurs affirment qu’il n’a pas de travail simplement car il a décidé de protester pendant l’hymne national en posant un genou au sol. Et oui, être afro-descendant, porter une afro et espérer l’égalité n’est pas une si simple affaire lorsqu’on est américain. Il n’est clairement pas le meilleur joueur de l’histoire, mais imaginer qu’il est plus mauvais que les 87 autres quaterbacks, sous contrat actuellement avec une équipe de la NFL est une absurdité. Comme le déclarait Aaron Rodgers, quarterback star de Green Bay, : « On sait tous pourquoi il n’a pas de boulot ». Sous-entendant qu’aucun dirigeant d’une équipe NFL ne prendra le risque de mécontenter ses fans en recrutant l’un des symboles de la lutte pour les droits des Noirs aux États-Unis.

Footballeurs Américains contre Donald Trump : #Taketheknee

Jusqu’ici le Kaepernick était assez peu soutenu, par les autres joueurs (malgré quelques beaux gestes de joueurs notamment des joueurs blancs souhaitant l’égalité et la solidarité) les fans l’ont trainé dans la boue, les sponsors lui ont tourné le dos, en gros il était bien seul dans son combat. Mais le président Trump est impulsif et colérique, il a décidé de s’adresser au monde avec l’élégance qu’on lui connait via deux déclarations qui pourraient avoir un réel impact sur la contestation contre lui et surtout sur la défense des droits civiques.

Footballeurs Américains contre Donald Trump : #Taketheknee

Trump a exprimé le vendredi 22 septembre son idée de ne pas inviter Stephen Curry, star des Golden State Warriors, à la Maison Blanche (tous les joueurs de l’équipe championne y sont traditionnellement invités) qui avait exprimé ses désaccords avec le président et son intention de ne pas répondre à l’invitation de Trump. Et oui, désinviter quelqu’un qui a déclaré ne pas vouloir venir, ça vole très haut. Curry a de nombreux soutiens (autant par conviction que par opposition aux commentaires de Trump) comme Kevin Durant, Lebron James ou encore Michael Jordan.

Footballeurs Américains contre Donald Trump : #Taketheknee
Le président américain, vexé par les nombreuses réponses hostiles à sa déclaration a utilisé une prise de parole dans l’Alabama ou ses soutiens sont forts et puissants pour adresser un communiqué douceur à un autre ennemi de son Amérique : “Wouldn’t you love to see one of these NFL owners, when somebody disrespects our flag, to say, ‘Get that son of a bitch off the field right now. Out! He’s fired. He’s fired!’ »

Voilà, voilà. Traiter de fils de p**** des citoyens américains qui protestent de façon pacifique en toute détente. Et je suis assez curieux de voir Trump parler à un joueur de 2m et 130 kilos pour lui dire que c’est un #fdp ! En tout cas la conséquence de sa connerie sans nom est une réaction sans précédent, la quasi-totalité du monde sportif américain s’oppose maintenant au président.

L’un des plus grands basketteurs de tous les temps, Kobe Bryant résume la situation avec précision « un président dont le seul nom crée la division et la colère, dont les mots inspirent la discorde et la haine, ne peut pas redonner sa grandeur à l’Amérique ». Et hier soir tous les matchs qui avaient lieu, ont été le théâtre de protestations pacifiques, solidaires et massives. De nombreux joueurs, ont décidé de poser un genou au sol pendant l’hymne. D’autres de se tenir par les bras, certains ont voulu rester dans le vestiaire.

Les soutiens du président Américain, utilisent l’argument du respect de l’hymne, du drapeau et mettent en opposition les frondeurs supposés ne pas aimer et respecter l’Amérique et les bons américains qui devraient la fermer. Il faut bien garder en tête l’absurdité de ce débat autant sur le fond (je pense que c’est inutile de préciser ma pensée tellement cela tient du bon sens) mais aussi sur la forme. Et oui malgré le fait que l’américain moyen du mid-west, fan de football ne supporte pas de voir un joueur poser le genou ou lever le poing pendant l’hymne, il y a encore 9 ans les joueurs n’étaient pas obligés d’être présent pendant l’hymne. Les joueurs étaient tout simplement dans les vestiaires… L’armée américaine a donné en 2009 plus de 5,4 millions de dollars à la NFL pour que les joueurs soient à l’extérieur pendant l’hymne et donner une image patriotique aux footballeurs. Et ouais avant 2009 l’Amérique entière s’en tapait.

La déclaration de Trump a tout simplement unit une génération de joueurs et personnes publiques. Les signes de protestation, les déclarations d’indignation se multiplient et la colère grandit.  De nombreuses équipes ont officiellement condamné les propos du président, qui ont trouvé en lui l’ennemie de la paix sociale. Aux pays de l’oncle Sam, l’oncle Tom n’est plus le bienvenu.

Share:
Written by Ludovic Mazarin
Rudeboy.