ALLTTA à l'Elysée Montmartre : la guerre !

Bah ouais Morray. Aucun regret sur cette gueule de bois du mercredi. Mal aux cuisses à force de danser, petit fond de gorge parfum clodo à la 8.6 malgré trois brossages de dents.  On entend souvent dire dans des reports « ce concert était vraiment génial » alors qu’en vrai le mec qui écrit l’article se faisait chier à mourir et se demandait pourquoi il continuait à payer des bières à 8€. Mais pas cette fois, cette fois c’est sincère, c’était le four et putain ça fait du bien !

Replaçons le contexte : Alltta c’est un projet de deux artistes à la musicalité impressionnante avec le producteur américain Mr J.Medeiros, MC des Procussions, chanteur au sein de Knives, groupe de hip hop funk et le Français (on peut être fier) 20syl, 4 albums au compteur avec son projet Hocus Pocus, producteur et membre de C2C, et auteurs de l’acclamé album Tetr4 également producteur et remixeur de Kendrick Lamar, Ed Sheeran, ou Schoolboy Q. Ils se rencontrent en 2004 pendant un concert, et se kiffent tout de suite. Love at first sight sauf qu’au lieu d’aller boire un verre et se faire un resto, ils ont sorti Hip hop ? qui a popularisé le groupe de 20syl de l’époque : Hocus Pocus. Et plus de 10 ans après ils décident de faire un album : The Upper Hand. En 10 ans les deux comparses ont kické sec et ont bien évolué.  20syl a rodé les festivals européens avec C2C, foulant les terres hongroises du Sziget Festival, s’immisçant à Rock en Seine ou remplissant L’Olympia. Depuis 1990 il a sorti cinq albums et une quarantaine de remix. Mais 20syl n’est pas qu’un musicien. Sur son label On and On Records, il produit les groupes avec lesquelles il a pu tourner. Mr. J a quant à lui traversé l’Europe et l’Amérique du Nord avec The Procussions. Après trois albums avec eux il se lance dans une carrière solo et devient le chanteur du groupe de punk-rap Knives. Autant d’influences qui se mélangent, un bordel très organisé qui vend du rêve.

Alors revenons au concert, dès le départ une bonne grosse montée, grosse basse, puissance de l’électro, Mr J commence à rapper et on se dit mon dieu ça va être costaud. J’attache mon manteau autour de ma taille comme un ado avant d’aller sauter partout et bousculer tous les gens qui pensaient profiter du concert en sirotant une bière.

La formation de départ est classique, 20syl aux platines, Mr. J. rappe avec une facilité déconcertante. Ils sont heureux d’être la, de faire du son ensemble, c’est une évidence et ça donne une énergie pleine d’amour dans la fosse. Ça semble les chauffer, ils sautent dans tous les sens, ça transpire, gueule, la présence scénique est parfaite. Mr J. parle en anglais et comme d’habitude, personne ne comprend rien, il nous demande si on a un rêve. Un mec capte, et gueule à côté de moi qu’il en a aucun (big up à toi Lounis). Et à ce moment précis je suis bien d’accord avec lui, boire des bières et écouter du bon son est tout ce qu’il me faut. Je finis par passer le concert avec lui, tripper ,jusqu’à ce qu’on comprenne que c’est mon voisin d’en face que je check depuis des mois à chaque fois que je vais bédave sur mon balcon. Ce genre de hasard, les planètes sont alignées, c’est un signe du destin, ce soir est un moment magique qu’il faut que je savoure (oui, maintenant que j’écris ces lignes sobre, je me rends compte que c’est pas aussi incroyable que ça me le semblait hier). Damn Drugs arrive et c’est la phase Calogero de la ress, je suis en apesanteur, je rejoins Mr.J qui semble flotter sur la musique de 20syl. Et puis la formation change, à deux aux platines, puis 20syl revient rapper et nous rappelle les plus belles heures de Hocus Pocus. Je peux pas m’empêcher de penser que c’est une publicité parfaite pour le dicton « l’habit ne fait pas le moine », c’est un des meilleurs concert de rap que j’ai la joie de voir. Un grand blanc tout maigre qui vient de Nantes et un petit mec trapu si blanc qu’il semble transparent. C’est Minus et Cortex et il me font kiffer le rap jeu comme jamais. Une maitrise totale sur leur monde, je suis conquis.

Et puis l’intensité a doucement baissé, je me suis dit qu’on les avait perdus et que j’allais finir par me demander comme les autres pourquoi je bois des bières à 8€. Cette impression frustrante que t’es avec un avion au pieu mais que tu vas te taper une vielle demi-molle en lieu et place d’infliger une sanction sans précédent. Mais c’était bien, bien faux. On peut parler de reculer pour mieux sauter. Les meilleurs prod de 20 syl sont sublimées en live. Et l’extase survient quand j’entends successivement le remix de Schooboy Q – The purge et celui de King Krule – Easy Easy. Et finalement 20 syl fait venir C2C et pour quelques minutes ils nous font revivre les meilleures heures des DMC world championship. A ce moment-là je suis si heureux, j’ai l’impression de revivre la finale de France 98.

Si seulement tous les mardi soir étaient comme celui-ci… Ce sentiment que la vie est si douce ! La musique, rien qu’elle ! Hier soir nous avons eu la chance d’expérimenter exactement ce que la musique doit faire ressentir : vivant et heureux. That’s what fucking life is all about.

 

Share:
Written by Ludovic Mazarin
Rudeboy.