Ideal J

Alors qu’on nous présente un rap français décadent, englué dans un pastiche aussi constant que consternant d’une trap de bas étage, on a voulu se replonger dans 100 des plus beaux bijoux de cette musique trop souvent sous-estimée. 100 morceaux qui nous ont rendu fous, et qu’on écoutera toujours. 100 morceaux à conserver précieusement sur son vieil ipod nano 2Go avant d’aller se réfugier sur une île en cas de fin du monde…

60/ Thé à la menthe – La Caution

Album : Peine de maure (2005)

Pour Hi-Tekk et Nikkfkurie, il aura suffit d’un track pour marquer les esprits à jamais. On se souvient tous de la scène presque « culte » d’Ocean Twelve ou Cassel se lance dans une folle chorégraphie entre les lasers bleus sur l’instru de « Thé à la menthe ». On se souvient tous aussi en regardant le clip que c’était la douce époque du collectif  Kourtrajmé, des collab’ avec Saphir Le Joaillier, et de la bonne tête de Ramzy.  Le résultat : un morceau qui arrache tout, pire qu’un tube d’harissa ! Parfait pour digérer ton couscous boulette, tout en tentant une danse du bide ! Tiens, mange ça Nadine !

59/ Paname All Starz

Album : Gravé dans la roche (2003)

On parle souvent du rap comme d’un milieu de mercenaires individualistes où les mecs se clashent (surtout) pour vendre, mais « Panam All Starz » apparaît comme le parfait contre exemple de cette idée reçue. Loin des petites guerres entre départements ou des rivalités de clan, le morceau bonus de « Gravé dans la roche » (double platine) est comme son nom l’indique une vaste réunion des talents de l’époque résidant en région parisienne. De la Scred au 113, en passant par Sinik et Diam’s, Tandem, Salif ou encore Zoxea, c’est la crème de la crème qui s’associe pour faire tourner le mic et ça nous rend fou ! Un 16 chacun et pas une mesure de plus, dans une ambiance collégiale de saine compétition, ça fait plaisir !

58/ Vieux avant l’âge – Scred Connexion ft Flynt

Compilation : Scred Connexion Vol. 2

Flynt, Mokless et Koma t’offre un petit cours de rap conscient par correspondance. On a connu pire comme profs et en plus aujourd’hui le cours est gratuit sur les internets. Sinon, si ça te fait marrer, tu peux toujours essayer d’aller le choper avec le fascicule chez ton marchand journaux…

57 / Mon papa à moi – Stomy Bugsy

Album : Le calibre qu’il te faut (1996)

1996, Stomy met de côté le Ministère Amer et se lance en solo. Son premier album Le calibre qu’il te faut est un carton qui terminera double disque d’or et cela en grande partie grâce au single phare de l’opus qui est un condensé de lessive St Marc avec une belle dose d’adoucissant. Résultat : un  track plus que propre, à l’image du polo minutieusement repassé de Bugsy dans le clip.

 

56/ Ghetto Sitcom – Disiz la peste

Quand on aime on ne compte pas. Après « Le challenger » on en remet une couche avec le jeune prodige d’Evry. Il faut dire que le protégé de Didier Morville excelle tellement dans le storytelling qu’il devient presque impossible de se passer de ses services. Dans « Ghetto sitcom » La Peste nous déballe avec brio la vie banale d’un mec de cité qui « bibi » son Lacoste pour inviter une fille à sortir.  Sur une prod funky de son poto JMDee, Disiz  dépeint sans détours une réalité symptomatique des quartiers et des vices d’une génération. Du Rap avec un grand R.

Album : Poisson rouge (2000)

 

55/ Le son des bandits – Psy 4 de la rime

Album : Block Party (2002)

Avant ces quelques notes de xylophones et la sortie de « Block Party » en 2002, Sya Styles, Alonzo, Vincenzo et Soprano enchaînaient les projets et les collaborations en se limitant au microcosme assez restreint du hip hop de la cité phocéenne. Mais ça c’était avant… Car « Le son des bandits » s’impose vite comme le hit d’un album qui sera classé disque d’or et qui propulsera les Psy 4 dans les hautes sphères de la reconnaissance nationale, un juste retour des choses, en somme !

 

54/ Balance – Mafia K1 Fry

Album : La cerise sur le ghetto (2003)

2003, retour à l’âge d’or de la Mafia K’1 Fry, notre Wu Tang à nous. « Balance » c’est le son anxiogène par excellence ! « Tu te reconnais ? » Si t’as poucave quelqu’un au comico, attention aux montées de chaleurs. Ici, les faits sont inspirés d’une histoire vraie : un chef d’oeuvre culte et 100% authentique.

 

53/ L’assassin – Sinik

Album : La main sur le cœur (2005)

« 1,2,3,4… 1,2,3,4… 1,2,3,4,5,6 » Comme l’avait assez justement souligné Booba à l’époque (Cf : « Carton Rose ») les schémas de rimes de Sinik sont tellement mathématiques et calibrés, qu’on finit assez vite par s’en lasser. Pour dire vrai, on partage un peu l’avis du Duc de Boulbi à une exception près : « L’ Assassin » ! Issu de son premier album solo (« La main sur le cœur », disque de platine) c’est LE track emblématique de ce clasheur de formation. A ne pas écouter tout seul si tu as des tendances parano-susceptibles, tu risquerais de te vexer…

 

52/ Tous illicites

Mixtape : Double violence urbaine (2002)

Pas très sérieux d’omettre de placer ne serait- ce qu’un seul track de LIM dans un top 100 de rap français vous me direz. Alors, s’il ne fallait en retenir qu’un, ce serait bien ce hit, tiré de la compile de 45 Scientific, le label crée par Booba, Ali, et Geraldo en 99. 45 Scientific, à l’époque, c’est  le fief du pont de Sèvres où l’on trouve parmi les plus dignes représentants du crew : Lunatic, les Sages Poètes, Movez Lang, Malekal Morte ou encore Sir Doum’s pour ne citer qu’eux. « Tous illicites » nom que LIM donnera par la suite à son label perso résume à lui seul la discographie du bonhomme. Car, oui, LIM c’est un peu redondant dans le discours, c’est anti-flic, c’est violent, c’est la rue, mais c’est surtout une rage et un flow qui prennent aux tripes. 15 ans plus tard, le titre n’a pas pris une ride. Chapeau bas l’artiste !

 

51/ Débrouillard Part 2– Dany Dan feat Brasco

Inédit

Dany Dan en collab avec Brasco… Sur le papier ce n’est pas franchement le featuring du siècle et pourtant ! Sur fond d’égotrip et de gangsterisme assumé, Brasco et son flow suave (limite porno) épousent à merveille la technique impressionnante du maître Dan, le tout sur une instru délicieuse et 100% ter-ter : un régal.

 

50/ Je danse le mia – IAM

Album : Ombre de lumière (1993)

Qui ne s’est jamais déhanché sur ce hit certifié disque d’or ? Ou comment avoir du style tout en se dandinant comme un fada des nineties : chemise ouverte et chaîne en or qui brille. Sur un sample du classique funk “Give me the Night” de Georges Benson et élevé au rang d’Art Video par Monsieur Michel Gondry (s’il-vous-plaît), ce petit bijou qui ambiance nos soirées depuis 93 mérite tout naturellement sa place dans le top.

 

49/ Touche d’espoir – Assassin

Album : Touche d’espoir (2000)

Après avoir sorti plusieurs Maxis de grande qualité, le groupe sort son deuxième album et atteint sur ce morceau des sommets qu’ils n’ont  jamais pu gravir une seconde fois. Avec « Touche d’espoir », Rockin’squat & Co signent donc leur prestation la plus aboutie. Dans la droite lignée de leur rap inlassablement engagé , ils dépeignent sans équivoque le portrait atterrant d’une génération égarée et un brin désenchantée. Du pur rap sous prozac.

 

48/ PNL – Le monde ou rien

Album : Le monde Chico (2015)

PNL c’est Ademo et N.O.S. Deux frères, deux E.T sortis de nulle part, qui ont plié le game en à peine 6 mois et en totale indé, s’il vous plaît. Il y a un côté futuriste et plutôt fascinant chez ces deux-là qui se traduit dans la forme par des productions aussi soyeuses que les tangas de Rihanna, et par une utilisation de l’auto-tune si juste qu’elle peut vous laisser sans voix… Oh La La ! En un mot, PNL seraient les premiers représentants dans l’hexagone de ce qu’est le Cloud Rap de l’autre côté de l’Atlantique. Pour ce qui est du fond, Oxmo en personne s’est jeté à l’eau, avançant « qu’on avait plus aussi bien chanté la rue depuis bien longtemps » Pas faux ! La mélancolie assumée et le caractère « hyper cru » des textes plonge l’auditeur dans une atmosphère sombre et dénuée d’espoir avec un réalisme qui fait froid dans le V. Alors, une question se pose avec PNL : sont-ils trop en avance ou est-ce le rap français qui est trop en retard ? L’avenir proche nous le dira, en attendant ça nous a scotché, et ça faisait bien longtemps que ça nous été pas arrivé.

 

47 / Scène de Bâtard – Ol Kainry

Album : Les chemins de  la dignité (2004)

« Scène de Bâtard » c’est certainement l’un des samples les mieux trouver de l’histoire de du rap en France. C’est aussi le terrain de jeu idéal pour ce bon vieux Ol Kainry, parfait dans le rôle du puncheur qui cogne tranquille, upercut sous le menton, sur de sa force.

 

46/ X raisons – Saian Supa Crew

Album : X raisons (2001)

Avec ce deuxième opus, où aucun morceau n’est à jeter (un classique comme on n’en fait plus), les 6 Mc’s font à nouveau preuve d’une aisance déconcertante. Sur une prod boom-bap de L’Block qui décape, les membres du SSC énumèrent les 14 raisons qui les ont amené à être là ou ils en sont, le pourquoi du comment dans ce rap jeu vois-tu ! Comme s’ils avaient à se justifier de quoi que ce soit… Il faut dire qu’à l’époque, du fait de leur oeuvre décomplexée et inclassable, aux influences et aux sonorités multiples, les critiques du milieu à leur encontre étaient légions… Mais qu’importe, le Saian proposait une fraîcheur et un style bien plus ouvert que la plupart du rap français des années 2000 : un ovni qui passe crème.

 

45/ Tout n’est pas si facile – NTM

Album : Paris sous les bombes (1995)

Des Block Party en 86 à Porte de la Chapelle jusqu’à leur fulgurante ascension tout n’a effectivement pas été si facile pour le Suprême…  Sur une boucle de saxo mélancolique empruntée au groupe Stetsasonic, on réécoute fasciné et nostalgique les deux compères nous parler de leur ressenti sur la culture hip hop. Culture qu’ils ont vu naître, qu’ils ont façonné et  dont ils étaient en quelques sortes les premiers ambassadeurs en France. Aujourd’hui l’époque semble bien loin, et l’Antillais surexcité du clip qui donnait l’impression de vouloir bouffer son propre cadreur sera prochainement jury de la Nouvelle Star sur D8, en 2015 encore… Tout n’est pas si facile !

 

44/ L’enfant seul – Oxmo Puccino

Album : Opéra Puccino (1998)

Père Castor peut remballer ses histoires, au royaume des conteurs, le meilleur a un cheveu sur la langue et la carrure d’un Berlingo. Merci Maître, vous êtes trop bon.

 

43/ Le combat continu – Idéal J

Album : Le combat continue (1998)

C’est sur cette production de Dj Mehdi aux sonorités très « Mobdeepiennes » que s’ouvre le tout premier album d’Ideal J. Sur ce track Kery se mue vengeur masqué du Hip Hop et tout le monde y passe, le show-biz, les majors, les faux frères et les concurrents. En bref, un vrai son de syndicaliste pour les travailleurs du rap. Le poing en l’air ! Classique parmi les classiques/

 

42/ Un monde parfait – Arsenik

Album : Quelques gouttes suffisent (1998)

Si toi aussi tu as un incroyable talent ! Si toi aussi malgré les rhumatismes tu sais rapper avec le nez comme Lino, et si toi aussi tu souhaites en faire profiter la France entière. Alors tente ta chance et envoie 1 ou 2 par SMS au 0 800 812 812. Le nom du gagnant sera tiré au sort et dévoilé à la fin du top 100… En attendant que tu t’entraînes (sans kleenex ça va de soi)  nous on va se réécouter pépèrement « Un monde parfait » en paix et en fermant les yeux…

41/ Le crime paie

Compilation : Hostile Hip Hop (1996)

Devant le pauvre Lino qui se traîne une sale crève depuis qu’il a commencé le rap, il y a le maître : Booba, qui a réussi le tour de force de rapper quelques heures seulement après une lourde opération des dents de sagesse. On charrie mais on valide pour l’éternité le style inimitable du futur King de Boulogne. « Le crime paie » c’est d’ailleurs le morceau charnière du groupe. Avec ce track, Lunatic  pose les fondations de son œuvre et change de catégorie pour s’imposer comme la valeur montante du hip hop français. On connaît la suite…

Ecrit à quatre mains par Adrien Hennegrave et Ghislain Toublan

Share: