Hors-série

Il y a de long mois les réalisateurs Romain Quirot, Antoine Jaunin et François Recordier s’étaient lancés dans une belle aventure : réaliser un documentaire sur l’une des périodes les plus créatives et insolites que le rap français ait connue.

Après la fin de « l’âge d’or » du hip-hop des années 90, de nombreux artistes émergent, changent les codes et ajoutent beaucoup d’autres styles à leur musique tels que l’électro ou le punk. Il n’en fallait pas plus pour leur poser une étiquette très réductrice : rap alternatif, en somme le rap qu’on ne sait trop dans quelle catégorie ranger.

TTC, Klub des loosers, James Delleck, Svinkels, ATK, Le Klub des 7, La Caution, Grems, Le Jouage, Triptik, Dj Fab… Comme le dit très bien Drixxxé du groupe Triptik : « On n’est pas assez branché pour les branchés et pas assez kaira pour les kairas. » Pourtant, c’était mettre ainsi sur le bas-côté une énergie créatrice sans précédent dans le rap français, affranchi de toutes limites et dont les maîtres-mots seraient « réappropriation » et surtout « innovation ». Le succès critique sera bien présent, mais le grand public ne suivra pas immédiatement, avant que certains des morceaux issus de cette scène ne deviennent cultissimes pour tous les ados et vingtenaires des années 2000. On pense bien sûr à Girlfriend de TTC, mais aussi au Thé à la menthe de La Caution.

« Un jour peut-être » nous offre l’occasion de revivre cette période bénie avec ses différents protagonistes majeurs. 50 minutes pour bouger, danser et redécouvrir des albums aujourd’hui estampillés classiques.

La Caution Thé à la menthe

TTC Dans le club

TTC le chant des hommes

Klub des Loosers De l’amour à la haine il n’y a qu’un pas

Svinkels Réveil le punk

Share:
Written by Ludovic Mazarin
Rudeboy.