Avec un collègue de la Frasque, on s’est rendus au concert de Marimba y Chirimia (MyC) vendredi dernier à la marbrerie à deux pas du métro Mairie de Montreuil. C’est un groupe de musique colombienne composé de 6 musiciens.

L’histoire de MyC 

Lawey Segura, joueur de marimba aussi appelé poétiquement piano de la forêt par les colombiens, arrive à Paris en 2014. Il fait la rencontre d’Otto, saxophoniste et directeur musical de la famille Mango et Jim, percussionniste et directeur musical de la Nueva Edicion, deux groupes de salsa réputés sur la scène parisienne.

Ces derniers sont à la recherche d’une musique beaucoup plus authentique que la salsa afin de mettre en avant leurs origines colombiennes du Pacifique.

Les trois musiciens décident de monter Marimba Y Chirimia. Jorge, Mijail et Olivier les rejoignent dans la foulée. Ensemble, ils mettent à l’honneur la musique traditionnelle du Pacifique colombien et rendent ainsi un magnifique hommage aux influences africaines si caractéristiques des musiques de cette partie du pays. Pour la petite anectode, cette musique encore inconnue en France s’appelle le Currulao.

La soirée

Le concert qui devait initialement commencer à 21h débute à 21H30 par une introduction tout en percussions. Ce début original suscite l’attention des personnes encore dispersées dans la salle.

Une fois le prélude fini, les musiciens commencent leur répertoire. Une atmosphère chaleureuse et tropicale s’installe peu à peu dans la salle et le public venu les écouter commence à danser, même les plus curieux venus à la marbrerie sans trop savoir à quoi s’attendre se lèvent et viennent observer de plus près les artistes du soir.

À notre plus grande surprise, nous découvrons que MyC est plus qu’un simple projet musical. C’est une expérience artistique unique aux couleurs du Pacifique que nous n’avons pas l’habitude d’écouter en France.

Le concert dure plus de deux heures, un moment pendant lequel nous sommes transportés en Colombie, oubliant notre quotidien et savourant la diversité des rythmes et des sonorités africaines et latines proposés par le groupe. Nous constatons également une mixité présente au sein même du groupe avec d’un côté des instruments traditionnels colombiens comme les congas, la marimba, la guasa ou encore le bombo, et de l’autre côté des instruments beaucoup plus classiques comme le saxophone, la batterie et la basse électrique. Cette fusion mélodieuse montre que cette musique spirituelle relie l’Amérique latine, l’Afrique et l’Europe dans le but de faire danser un public multiculturel.

Deux heures plus tard, le concert prend fin à la plus grande déception du public qui réclame encore de la musique. Mais ce sera tout pour ce soir, quoiqu’il en soit, le concert de ce soir restera un souvenir musical mémorable pour la plupart des personnes présentes dans la salle.

Pour tout vous dire, c’est la découverte inattendue de groupes comme Marimba y Chirimia qui me rappellent pourquoi j’aime tant la musique.

Si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à aller voir ce groupe par vous même le 11 mars à la Bellevilloise où la soirée promet d’être aussi surprenante qu’intéressante. Pour ceux qui ne peuvent pas se rendre aux prochains concerts de MyC, n’ayez pas de crainte, un EP de cinq morceaux sortira en avril.

Facebook 

40

Share:
Written by Yvan Palma
Poète Zinda