Aujourd’hui, on va à la rencontre de Jessy & Hugo, nos deux artistes qui exposeront leur oeuvre au Paname Art Café ce jeudi 17 décembre.
Ces deux personnes bien différentes, mais tout aussi attachantes se racontent à travers la vision qu’ils ont de leur passion.
Rencontré lors de notre passage commun dans une agence de publicité parisienne. Ils se révèlent finalement comme des fins typographes, bien meilleurs que je les ai connus à leur début dans la publicité !

Pour commencer, parle-nous un peu de toi ?

Jessy : Jessy Kikabou alias @jaylavibe, « I’m in love with the typo » !
Hugo : Hugo Tassin, 24 ans, étudiant en communication visuelle.

D’où est venue cette passion pour la typo et le lettrage ?

Jessy : De base moi j’ai toujours aimé le dessin ou le cinéma d’animation. Tout ce qui me permettait de raconter une histoire. J’essayais de choper le bon trait du premier coup et recommencer de nouvelles illustrations rapidement. Je me sentais comme un super héros quand j’arrivais à le faire du premier coup. (Rire).
Mais du coup je ne m’attardais pas beaucoup sur ce que je faisais. En découvrant des artistes travaillant la typographie et ce qu’on pouvait faire juste avec des lettres, j’ai décidé de me lancer à mon tour. J’ai commencé à prendre mon temps et savourer un peu plus ce que je faisais. Depuis je prends un malin plaisir à travailler les lettres bien que je conserve mes habitudes d’illustrations toujours en essayant d’avoir bons traits, les bonnes courbes tout de suite…
Hugo : Bah à mon avis comme beaucoup qui sont tombés dedans ! J’ai commencé par le graff. Puis j’ai eu la chance de tomber sur un prof de typo génial, qui m’a mis une plume entre les mains et je ne me suis jamais arrêté depuis.

Quelles sont vos sources d’inspiration quotidienne ?

Jessy : La musique, les punchlines, les phrases de loveurs, les phrases de connard, la génération 2.0 #OKLM, et surtout mon vécu. Je dessine/j’écris ce que je ressens.
Hugo : Internet est évidemment une grande source d’inspiration, mais on peut vite faire une overdose. Comme j’ai la chance de rencontrer beaucoup de créatifs, que ce soit au taf ou ailleurs, je m’intéresse toujours à ce que font les personnes que je rencontre, je regarde leurs sites, les carnets de croquis, etc. et en général, les gens sont plutôt une bonne source d’inspiration.

12370887_10205342751144528_2439173048740239533_o

Quel est ton rapport avec le dessin, la typo … ?

Jessy : Les mots que je dessine ont toujours un rapport de près ou de loin avec ce que je ressens, ce qui m’entoure ou ce que j’aime. Les dessiner, ça me permet d’exprimer ma propre vision.
Hugo : Quand t’as passé 8h devant un écran, ça fait tellement du bien, de sortir le pinceau, le papier, de sentir l’odeur de l’encre. Perso, sa me détend et je ne pourrai pas faire que du numérique 24/24h, je deviendrai vite fou !

Quel mot définirait le mieux ton travail ?

Jessy : Deux mots peut être « Recherche et Déconne », j’essaie de ne pas trop me prendre au sérieux en dessinant des mots un peu con parfois. Mais surtout pour l’instant je ne pense pas avoir un style en particulier j’expérimente des choses et je travaille mon coup de crayon.
Hugo : un melting-pot de genre et de technique, j’aime bien toucher à tous.

Une autre passion que la typo ?

Jessy : La danse, c’est de l’adrénaline à gogo !
Hugo : Le tatouage, mais j’arrive à combiner les 2.

Maintenant, intéressons-nous davantage à votre expo et au titre de l’évènement.

Une créa marquante dans lequel tu retrouves de l’amour, du sourire ou de l’ivresse ?

Jessy : « Toko Bina » qui signifie « Allons danser » en un dialecte congolais et ça regroupe bien ça. Faut écouter un bon petit son du pays, un bon « seben » et c’est exactement Amour Sourire et Ivresse !
Hugo : Les sons ça compte ? Asap Rocky – Bass

12356972_10208234125991881_3955654952391796675_o

Qu’est-ce qui te donne le sourire dans la rue ?

Jessy : Les musiciens.
Hugo : Les gens heureux, tous simplement.

Un souvenir honteux lié à l’ivresse ?

Jessy : Je ne bois pas frère, Schwepps Agrum for life ! (rire)
Hugo : Il y en a tellement… Aller, être très mal dans le métro à Munich en rentrant de soirée et croiser le regard des petits bavarois bien ordonnés qui vont au boulot, un bon moment de solitude.

Si tu avais dû dessiner l’amour plutôt que de l’écrire, tu dessinerais quoi ?

Jessy : Un masque africain, c’est aussi envoûtant que l’amour.
Hugo : Une pizza, pizza is life, pizza is love.

Plutôt amour, sourire ou ivresse ?

Jessy : Amour. Si j’avais été un peu talentueux j’aurais été un chanteur de RnB à l’ancienne, lover à mort ! (rire)
Hugo : Sourire :)

 

Share:
Written by Anatole Persuy
Demain rêve général