La Vague (浪) "Lemme Be"

La Vague (浪)

Thérèse, l’électron libre et agité. La rencontre colorée et insaisissable entre la pluie et le beau temps. Artiste, styliste, modèle et militante, cette poupée-tigre tire en direction du ciel avec un gun pailleté à détentes multiples. John, l’architecte de l’ombre. Compositeur prolifique, posté quelque part entre la rationalité et l’animalité. Un loup à la gestuelle aussi précise que sa pensée, qui brille par son mystère.

Après « Serotonin », La Vague ouvre une seconde fois les hostilités en embrassant le concept d’hybridation avec l'EP "Lemme Be" défendant une musique où les frontières s’abattent enfin. Celles du temps. De l’espace. Des cultures. Et des genres musicaux. C’est l’avènement d’une pop directe et exigeante qui marie sans complexe des solos de guitare à des flows et beats hiphop, des instruments et mélodies asiatiques à des basses électros. Une alliance inattendue entre M.I.A., Ratatat, des moines bouddhistes, Lexie Liu, Jamie XX et Die Antwoord. Le duo travaille avec David Enfrein, Tim Aknine et Alexandre Zuliani (Thérapie Taxi), et livre une musique audacieuse, pour ceux qui n’aiment pas les cases.

 

Les paroles (anglais – français – chinois) sont tour à tour crues, poétiques, amusantes, poignantes. La Vague n’a pas peur de disséquer froidement les contradictions de la nature humaine (Tumble), livrer sans pudeur les Daddy Issues qui mènent à l’émancipation (Fierté), avouer que la posture sociale tant rêvée du couple enferme plus souvent qu’elle ne libère (Guilty, Dernière Saison). Elle invite les hommes à s’ouvrir à leur sensibilité (Let Them Fall). Elle pose des questions à la fois intellectuelle et émotionnelle (Lemme Be). Un espace fluide, organisé où l’Orient et l’Occident entrent en collision.

Ludovic Mazarin,