Live Report : MadeinTYO au Badaboum

Live Report : MadeinTYO au Badaboum

La dévotion de La Frasque pour ses lecteurs n'a décidément aucune limite. Le danger était prévisible, voire même palpable. Quand tu vas voir les Migos en concert, tu sais que tu vas te donner. Quand il y a du Lil Pump dans la soirée, tu sais que tu vas bouger. Quand t'as pris tes places pour A$AP au Zénith, tu savais que ça va bousculer.

Or, MadeinTYO est un genre de condensé de ces artistes : les pogos seront de mise. Comme si ça ne suffisait pas, la première partie était assurée par Good Dirty Sound, collectif qui s'affirme avec la réputation d'organiser les soirées trap les plus violentes de Paris. Sur le papier, on sait à quoi s'attendre et le verdict du médecin généraliste est clair : le cassage de nuque est garanti à 97,2%. Tant pis, on y va. Pour le journalisme.

Sécurité et calcium avant tout : on débarque au Badaboum minerve au cou après avoir enfilé quelques vodka-actimel, prêts à braver toute secousse. On sent que le public est chaud, la jeunesse en présence a sorti ses tenues les plus américaines et est prête à défoncer ses dernières sneakers pour l'occasion.

Les mouvements de tête ne se font pas attendre lorsque le duo de DJs de GDS entame leur set. Une performance savamment travaillée avec des transitions d'une qualité rare. On se prend toutes les meilleures tracks de la nouvelle scène trap française, de Zola à Diddi Trix, entrecoupées des morceaux US dont elles sont inspirées. Le collectif confirme donc les rumeurs et on n'a plus qu'une question en tête : quand est-ce que leur prochaine soirée aura lieu?

Mais vivons déjà celle-là. Après une heure de chauffe, MadeinTYO débarque avec son backeur et nous met en confiance d'entrée de jeu. Il livre une belle performance, véritablement aidé par l'audience qui surréagit chaque entrée de morceau. À vrai dire, le concert a pris des airs d'une grosse soirée rap US plus que d'un live de l'artiste. En effet, on a eu droit à du A$AP Rocky et on a vécu le moment le plus intense sur Devastated de Joey Badass.

À la fin, on est vite partis s'aérer et se nourrir, car l'artiste est parti aussi vite qu'il est arrivé.

Pour résumer, nos articulations ont bien été sollicitées, mais la fracture ne s'est pas pointée. C'était un très bel évènement rap avant d'être un show. L'ambiance amenée par le public ainsi que le système son du Badaboum et son ergonomie ont eu une importance primordiale sur la qualité de notre soirée. Donnons encore une mention spéciale aux deux talentueuses DJs de GDS, que nous ne manquerons pas de revoir.

Théodore Cohen

Theodore Cohen,