CINEMA - A Star Is Born : analyse du 3ème remake du mythique mélo pop hollywoodien

CINEMA - A Star Is Born : analyse du 3ème remake du mythique mélo pop hollywoodien

Pour son premier long métrage, Bradley Cooper a choisi de s’attaquer à un monument cinématographique : A Star Is Born (Une étoile est née). Il s’agit du troisième remake du mélodrame hollywoodien réalisé pour la première fois en 1937 par William A. Wellman.

Ce remake – pressenti pour être réalisé par Clint Eastwood dans un premier temps – témoigne de l’immortalité cinématographique du scénario. Une fiction universelle qui traverse les époques : celle d’une star qui naît tandis qu’une autre se meurt.

Dans ce troisième remake, nous sommes, dès le début, propulsés sur une scène électrisante du festival de Coachella, faisant face à des milliers de spectateurs hystériques. On y découvre un Bradley Cooper métamorphosé en chanteur de country / rock, fatigué et ravagé par l’alcool et la drogue. Le soir même, Il fait la rencontre d’Ally – interprétée par Lady Gaga – une serveuse qui chante à ses heures perdues dans un bar de drag-queens. Séduit par la voix incroyable de la chanteuse, Jackson détecte le fort potentiel d’Ally et l’encourage dans cette voie.

Très vite, on retrouve les codes classiques des rise and fall movie. C’est donc sans surprise que l’on découvre la suite des événements. Les deux protagonistes tombent amoureux l’un de l’autre. Jackson propulse Ally sur le devant de la scène et fait d’elle une véritable artiste adulée par tous. L’ascension de la chanteuse va entrainer la chute de son mentor. Ce dernier ne supportant pas la situation, sombre de plus en plus dans l’alcool et l’opiacé, devenant ainsi l’auteur de sa propre déchéance.

Malgré un scénario prévisible, ce mélo pop hollywoodien souligne la performance bluffante de Lady Gaga, méconnaissable dans le film. Mise à nue dans ce remake, on ne peut que saluer sa prestation et la transcendance de sa voix… Lady Gaga interprète magistralement une petite chanteuse de cabaret, ambitieuse, qui n’a pas confiance en elle. Son charme naturel va cependant, très vite disparaître lorsque son producteur la transforme en véritable produit de consommation. Ici, Bradley Cooper, fait allusion au star system du XXIème siècle en montrant une Ally « lady gagadisé », maquillée, « déguisée » avec des tenues toutes provocantes les unes que les autres. Les notions de célébrité et star system sont sans cesse évoquées dans le film. L’alcool et la drogue comme refuge pour l’un, les paillettes et la provocation pour l’autre.

On souligne ainsi le travail de Bradley Cooper, réalisateur, scénariste et acteur qui est superbe en chanteur de country alcoolique et décavé qui fuit les projecteurs. Marqué par une enfance difficile et un père alcoolique, Jackson Maine souffre d’un manque de reconnaissance et jalouse le talent des autres.

Mais que serait le film sans ses chansons toutes réalisées et interprétées par Bradley Cooper et Lady Gaga ? « Shallow » a d’ailleurs été récompensée par un Golden Globes. Titre que l’on retrouve dans la catégorie « meilleure chanson originale » pour les Oscars 2019.

Notre verdict :

Pour un premier film, le néo-cinéaste réussi le pari de nous réinterpréter parfaitement le double-récit entrelacé d’ascension et de chute de A Star Is Born. Le scénario aurait facilement pu sombrer dans les clichés hollywoodiens mais c’est sans compter sur le tandem de stars à l’alchimie plus que sincère. Cooper offre ainsi un rôle en or à sa partenaire Lady Gaga qui brille devant la caméra. Espérons que Bradley ne soit pas évincé par son succès… tout comme l’était Jackson Maine...

Touchant, émouvant, électrisant, on ressort de la salle avec la chaire-de-poule. On se surprend encore à s’époumoner sur « Shallow »…

 

 

Anne-Charlotte Lacroix,