[Les chroniques d'Octave] Quelle est LA RÉSOLUTION à prendre en 2017 ?

[Les chroniques d'Octave] Quelle est LA RÉSOLUTION à prendre en 2017 ?
Si il y a une QUESTION, alors il y a un AVIS. A retrouver tous les 15 jours en 2017

Quelle est LA RÉSOLUTION à prendre en 2017 ?

Faire du sport, arrêter de fumer, débuter un régime ou stopper son infidélité ? Il est en effet toujours possible de poursuivre ces résolutions poussiéreuses, mais alors ne t’étonne pas ensuite de finir 2017 comme tu as terminé 2016 : dans l’illusion d’un décompte alcoolisé vers un idéal auquel tu ne crois plus que sous influence.

Alors quoi ? Pas de résolutions cette année ? Mais bien sur que si ! Il est peut-être simplement temps d’essayer autre chose...

Et si dans un monde qui fait de la vitesse un atout indispensable à toute forme de réussite, on décidait qu’en 2017, on allait apprendre à attendre ? Et ainsi que l’on désigne comme résolution première ce que l’on nomme timidement la patience. Cette qualité oubliée que l’on croyait réservée aux discrets, aux insignifiants, aux frustrés.

Notre génération, celle qui drague de manière frénétique sur Tinder mais qui ne sait plus séduire sa boulangère ; notre génération, celle qui s’imagine importante lorsqu’elle débute son stage de fin d’études mais qui se retrouve en dépression lorsque, quelques années plus tard, elle comprend qu’elle n’est qu’un pion de couleur pâle sur l’échiquier de la routine ; notre génération, celle qui pense que les amis se comptent et s’ajoutent mais qui oublie que l’amitié d’abord se cultive et se protège.

Notre génération se perd à force de trouver ce qu’elle veut trop facilement, gratuitement, sans effort. Souviens toi enfant, lorsque tu regardais rêveur les cadeaux au pied du sapin au grés des heures qui duraient l’éternité. Des souvenirs inoubliables. Aujourd’hui le culte de l’instantané a brisé chez nous notre capacité d’imagination. On ne prend le temps de rien, on veut, on clique et on est satisfait.

Et l’on devient addict. On se nourrit de cette dopamine, ce neurotransmetteur qui abreuve notre cerveau de plaisir à chaque notification, à chaque texto, snap ou whatsApp que l’on reçoit. Que l’on boive, que l’on baise, que l’on se drogue (ou que l’on poste sur internet), la satisfaction doit être rapide, précise et visible. On n’a plus le temps de construire puisqu’il est urgent de vivre.

Si tu regardes ton téléphone avant même d’embrasser ta copine ou ton mec le matin, si l’enfer c’est d’attendre seul avec un téléphone sans batterie, si tu as oublié la dernière fois ou tu t’es ennuyé, si ton estime de toi dépend en permanence du regard des gens (et même de ceux que tu n’aimes pas), si la jalousie que tu as envers les autres continue de te poursuivre une fois l’adolescence passée : c’est que tu as négligé la patience comme vertu, qu’à tout vouloir tout de suite tu as oublié que la somme des plaisirs ne fait jamais un bonheur total.

Lorsque l’on prend le temps de discuter avec ceux qui n’en ont plus beaucoup, ils vous disent que le bonheur, la joie, l’épanouissement prennent le temps de se connaître avant de se rencontrer. Pendant que l’argent et la popularité ne servent qu’à faire des dépressions de qualité. L’amitié, l’amour et la reconnaissance au travail sont les 3 piliers d’une vie qui en vaudrait la peine, d’une vie solide, sur laquelle, à l’aube de la déchéance, on se retourne avec la fierté d’un écolier.

Malheureusement (ou pas), il n’existe pas d’application pour cela. Rien qui n’apporte une satisfaction immédiate, une réponse évidente à ces histoires de pilier. Il n’y a guère que cette foutue patience, qui parsemée de volonté, nous permettra de se construire une identité, une véritable personnalité.

Alors il est temps, les amis, en 2017 de comprendre que l’on ne naît pas spécial. Personne. Et que ceux qui le deviennent, c’est avec le temps souvent, et à force de patience toujours.

Octave Perry

[...]

Retrouver Les Chroniques d'Octave sur Facebook en cliquant ici

La Frasque,