L'humour sur un plateau : le Stand Up à Paris

L'humour sur un plateau : le Stand Up à Paris

Les parisiens ont la réputation de faire la gueule. C’est très injuste pour tous les spectateurs de stand-up, qui vivent parfaitement heureux et partagent ce bonheur quotidiennement.

Or, ils sont de plus en plus nombreux à avoir compris ce secret de la vie. L'humour comme art n'existe pas qu'à la télévision et sur YouTube et si Roman Frayssinet est si bon, c'est qu'il sait que la concurrence dont on s'apprête à vous parler est rude.

Chaque semaine, des dizaines de plateaux voient défiler des humoristes qui enchainent leurs meilleures et leurs pires vannes devant un public tantôt hilare, tantôt dépité. « Attends, comment ça, dépité ? », vous direz ?

La Frasque aime proposer du bonheur à ses lecteurs, alors on va vous expliquer comment ça fonctionne. C’est l’humoriste Alfred Hémard, qui présente l’Heure de Rire à l’R de Rien, qui nous a fait la visite guidée dans ce Paris là. A la fin de l’article, on vous conseille quelques-uns des meilleurs plateaux de Paris. Ils égaieront vos semaines et vous rendront anormalement sympathiques.

Des vannes servies sur un plateau

Dans le jargon, ce qu’on appelle un plateau, c’est un rassemblement d’humoristes qui performent pour un temps limité, sur une scène dont la taille permet rarement à l’audience d’excéder 60 personnes. Les performances sont souvent courtes, allant de 5 petites minutes à, parfois, 15 ou 20 minutes. La règle est simple : les gens viennent gratuitement au spectacle et le lieu les accueille à condition qu’ils consomment. Si vous vous demandez comment les humoristes sont payés, vous êtes sur la bonne voie. A la fin, le public qui s’est régalé est appelé à mettre une somme dans le traditionnel chapeau, que les performeurs se partagent à la fin.

Les invités du plateau varient chaque semaine, mélangeant tous âges et tous niveaux de carrière. Il n’est pas rare de voir un humoriste à succès comme Noman Hosni annoncer quelqu’un qui fait ses premières performances. Et les plus drôles ne sont pas toujours ceux qu’on croit.

Le Tribunal de l’Humour

D’ailleurs, il peut arriver que certaines vannes servies sur ce plateau soient avariées.

Jerry Seinfeld aime comparer le stand-up à la Justice sous sa forme la plus brute : si une vanne ne provoque pas de rires, c’est qu’elle n’est pas drôle. Point. Les spectateurs sont comme des jurés, tous présents pour atteindre l’hilarité. Comme s’ils avaient prêté serment d’honnêteté, ils ne feront pas semblant de rire et leur sentence est aussi irrévocable que celles qu’annonce Denis Brogniart.

Ainsi, ces plateaux qui fourmillent la capitale sont de véritables tribunaux où les humoristes viennent faire juger leurs blagues. Pour tout performeur, c’est un passage difficile mais enrichissant, qui permet d’atteindre la plaidoirie qui les tirera d’affaire.

Dans le pire des cas, l’humoriste perd ses moyens devant ceux qui le jugent et fait un « bide ». Ces expériences psychologiquement violentes font partie de la carrière de chacun d’entre eux et leur permettent d’évoluer.

Les dessous de l’Humour

En fait, c’est grâce à ces plateaux que les humoristes peuvent construire leurs spectacles et s’assurer qu’ils soient efficaces. Ils leur permettent de jouer plusieurs fois par semaine, voire tous les soirs pour certains.  C’est ainsi qu’ils peuvent tester des vannes avant de les jouer sur des plus grandes scènes. Ainsi, en quelques minutes, ils lancent un maximum de vannes et, sans le savoir, le public les aide à comprendre celles qu’ils garderont et celles qu’ils doivent remanier.

Par ce cheminement bien sinueux, les humoristes parviennent progressivement à réaliser des performances de 5 minutes qui génèrent une cadence de rires élevée. Ils testent alors 5 autres minutes, puis 5 autres, jusqu’à atteindre 30 minutes voire une heure qui leur permettront de se produire sur des scènes plus importantes avec entrée payante.

Evidemment, ces règles sont générales et s’appliquent différemment selon les tempéraments de chaque comédien.

Pour tous les goûts

Dans la capitale, il y a des plateaux à volonté et pour tous les goûts. De ceux qui parlent de leurs chagrins d’amour à ceux qui vantent leurs conquêtes, de ceux qui moquent les autres à ceux qui rient d’eux-mêmes, de ceux qui sont barrés à ceux qui sont carrés, il y a vraiment à boire et à manger.

Si vous suivez nous conseils et décidez d’égayer votre vie, n’oubliez pas de garder de la monnaie pour le chapeau. Surtout si vous venez avec votre date Tinder, c’est un bon moyen de montrer que vous êtes une bonne personne.

Prenez les devants et donnez lui rendez-vous dans l’un de ces endroits :

Paname Art Café - 75011 (Comedy Club avec plusieurs plateaux par soir, présentés par le futur et le présent des humoristes)

Café Oscar - 75002 (Comedy Club qui découvre les talents de demain)

Jardin Sauvage - 75013 (Plateaux de Shirley Souagnon, Lou Mahaut, et d’autres)

L’Heure de Rire à L’R de Rien - 75011 (présenté par Alfred Hémard)

One More Joke -  75002 (présenté par Certe Mathurin)

Le Réservoir - 75011 (présenté par David Smadja)

Bordel Club - 75018 (créé par Kyan Kojandi)

Dimanche Marrant - 75018 (filmé par Konbini)

 

Propos recueillis à l'aide d'Alfred Hémard.

Theodore Cohen,