« Losers » sur Netflix : ode aux perdants

« Losers » sur Netflix : ode aux perdants

« Losers », c’est une série documentaire pas comme les autres. Rendre hommage aux perdants dans le monde du sport, voici l’enjeu de ce petit bijou disponible sur Netflix. Composé de huit épisodes, ce documentaire sportif dresse avec émotion le portrait d’athlètes en tout genre pour qui l’échec a souvent été bien plus bénéfique que la victoire.  

L’histoire ne retient que les vainqueurs. L’adage est bien connu. Il prend encore un peu plus de sens lorsqu’il s’applique au sport. Cruel, certes, mais difficile à contester. Mohamed Ali, Pelé, Michael Jordan – pour ne citer que ces légendes – ont tous eu le privilège de voir leurs exploits retranscrits dans des biopics, documentaires ou sous d’autres formes. Mais qu’en est-il des autres ? Quelle place accorde-t-on à tous ces sportifs et athlètes lorsque la victoire se refuse à eux ?

C’est tout l’enjeu de ce documentaire sportif disponible sur Netflix. Mettre la lumière sur le destin, le parcours tortueux de ces perdants magnifiques. La particularité de cette série repartie en huit épisodes (de trente minutes) est qu’elle n’est pas là pour moquer ou tourner en dérision le sinueux chemin de ces hommes et femmes qui ont dédié leur existence à un sport. Mais bien au contraire pour le sublimer. Comment vivre avec l’échec ? Comment ce dernier peut parfois dans le sport – comme dans la vie – être le chemin rédempteur vers un triomphe plus grand que toute autre victoire ou distinction.

La victoire, pas une fin en soi

C’est donc ainsi qu’on reste hypnotisé devant le récit de ces huit sportifs qui n’ont rien d’autre en commun que la « lose ». On découvre au fil des épisodes, l’histoire d’un boxeur devenu champion du monde alors qu’il n’a jamais voulu devenir professionnel et pour qui, un passage dans le coma lui fera prendre conscience de sa véritable vocation. L’histoire aussi d’un petit club de football anglais, habitué à perdre et condamné à disparaître, qui verra sa survie dépendre de la seule présence d'un chien… Ou encore l’épopée de Mauro Prosperi, coureur italien amateur qui, perdu en plein milieu du désert du Sahara lors d’une compétition d’endurance, ne cherche plus à terminer sa course mais seulement à survire…

On pourrait aussi vous parler d'une insensée course de chiens de traineaux en Alaska, de la championne de patinage artistique Surya Bonali et de son combat contre les règles établies mais on vous laisse découvrir par vous-même ces trajectoires d'athlètes qui n'ont rien d'ordinaire. Et qui dépassent souvent le cadre du simple domaine sportif. 

La mise en scène et les témoignages face caméra rendent la narration encore un peu plus alléchante. C’est rythmé, parfois complètement insensé à l’écoute de certains récits mais c’est incroyablement rafraichissant. La leçon, s’il fallait bien en retenir une après le visionnage de ce petit OVNI, est bel est bien que dans le sport, l’héroïsme n’est peut-être pas là où on le croit.

Le trailer :  

Hicham Barrouk,