"Ma vie avec John F. Donovan" : Xavier Dolan réinvente son propre biopic

Xavier Dolan aborde une nouvelle fois des thèmes qui lui sont chers. Un film percutant, sincère, émouvant, parfois simple mais d’une grande densité. 

Synopsis : Dix ans après la mort d'une star de la télévision américaine, un jeune acteur se remémore la correspondance secrète entretenue autrefois avec cet homme, de même que l'impact que ces lettres ont eu sur leurs vies respectives.

Ma vie avec John F Donovan déborde d’une sincérité désarmante qui lui apporte une résonance toute particulière. Un film d’apparence mainstream, mais qui cache  une dimension auto-biographique et révèle énormément du rapport de son auteur à la presse, aux réseaux sociaux, au public et à son travail. 

En effet, il est difficile de ne pas voir à travers le personnage de Rupert, jeune garçon de 11 ans qui entretient une fascination parfois malsaine pour l'acteur de série John F. Donovan, un mini Dolan - ce qu'il avouera volontier.  Dolan avait également envoyé une lettre étant enfant à Leonardo DiCarpio - lettre qui restera sans réponse. 

C'est donc une part de lui-même que projette le réalisateur dans ses personnages, donnant un aspect des plus personnelles à son oeuvre. 

À travers le récit épistolaire du jeune Rupert et de la star de télévision John F. Donovan, Xavier Dolan nous dresse le portrait amer de la célébrité. Une vie médiatique qui force à cacher les secrets les plus profonds, le refoulement de son attirance sexuelle mais surtout une immense solitude. Kit Harington (John Snow dans Games of Thrones), dirigé avec brio, incarne avec justesse un Donovan candide et très seul. Perdu dans son mensonge, il trouvera en Rupert, un confident qui lui permettra de tenir derrière toute cette exposition médiatique. 

Le film dépeint Hollywood comme une machine à broyer les rêves où l’homosexualité relève encore du tabou. Une mécanique de l’hypocrisie qui force Donovan à tomber dans la drogue, l'alcool pour retrouver une part de sa liberté perdue. La scène de la boîte de nuit est particulièrement parlante. 

Notre verdict : 

A travers le portrait croisé d’un enfant qui rêve de devenir artiste (Jacob Tremblay, sensationnel) et d’une star fatiguée de devoir jouer à ce qu’elle n’est pas (Kit Harington), Dolan invente son propre biopic. 

On pourrait reprocher à Ma vie avec John F. Donovan de verser dans le cinéma hollywoodien, notamment avec une musique originale trop présente, qui semble appuyer chaque scène dramatique mais qui réussi le pari de nous faire vibrer et nous émouvoir. Le réalisateur retrouve son obsession du rôle de la mère - qu'il injecte dans les personnages complexes de Nathalie Portman et Susan Sarandon toutes deux oscarisées - de la désillusion arrivée à l'âge adulte, d'une famille qui se déchire pour mieux se reconstruire, de l'homosexualité ainsi que du sens de la vie. 

Les cadrages sont parfaitement réussis, les passages rythmés par une musique pop donnent encore plus de relief aux scènes. 

Xavier Dolan signe sans doute son film le plus simple et le plus sincère. 

 

Bande annonce : 

Anne-Charlotte Lacroix,