Portrait de l'homme de la semaine : Alfonso Cuarón

Portrait de l'homme de la semaine : Alfonso Cuarón

Considéré comme l’un des réalisateurs mexicains les plus prometteurs de sa génération, Alfonso Cuarón est à la tête d’une multitude de films de renommée mondiale. Retour sur le parcours du cinéaste atypique aux 5 Oscars.

Alfonso Cuarón est né à Mexico en 1961. A 12 ans, il tenait déjà une caméra. Passionné par l'univers cinématographique, il fait ses études au CUEC (Centro Universitario de Estudios Cinematográfico) à l'Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM). 

Il réalise en 1991, son tout premier film Sólo con tu pareja qui connaît un succès. A partir de là, commence son ascension hollywoodienne. Il signe un contrat avec la Warner Bros et réalise A Little Princess (1995) pour lequel il reçoit un accueil chaleureux. Son troisième long-métrage est une adaptation contemporaine du classique de Charles Dickens, Great Expectations (1998) avec notamment Robert De Niro et Gwyneth Paltrow. 

Mais c'est Y tu mama también, film dramatique réalisé dans sa langue natale en 2001 et élu meilleur scénario au Festival de Venise, qui lui vaut une notoriété internationale. A partir de là, tout Hollywood le réclame. Il réalisera Harry Potter et le prisonnier d'Askaban en 2004 et Le Fils de L'homme en 2006 (Clive Owen).

En 2013, après 7 ans d'absence derrière la caméra, Cuarón se lance dans la réalisation folle du blockbuster spatial GravityLe thriller de science-fiction met en vedettes Sandra Bullock et George Clooney, tous deux perdus dans l'espace et livrés à eux-mêmes suite à une mission qui tourne mal. Le film remporte un succès commercial planétaire, lui valant l'Oscar du meilleur réalisateur ainsi que celui du meilleur montage.

En 2018, Alfonso Cuarón revient avec une oeuvre plus personnelle qui retrace son enfance. Roma nous décrit le foyer dans lequel il a grandi. L’action se déroule au début des années 1970. Ce film fait la chronique d'une année tumultueuse dans la vie d'une famille de la classe moyenne à Mexico. A travers ces plans en noir et blanc, le cinéaste ressuscite un pan de son enfance mexicaine.

Le film est salué par le public et lui permet de recevoir 3 Oscars ; celui du meilleur réalisateur, meilleur film étranger et meilleure photographie.C'est avec ce dernier chef d'oeuvre que le cinéaste confirme son statut de réalisateur le plus bankable d'Hollywood. 

Anne-Charlotte Lacroix,