{Live report} La fête de l'humanité 2018, on y était le temps d'une soirée <3

{Live report} La fête de l'humanité 2018, on y était le temps d'une soirée <3 Le week-end dernier, j’ai eu l’occasion de me rendre à la "Fête de l’humanité 2018" , un évènement incontournable qui a lieu chaque année au Parc de la Courneuve, dans mon 9.3 sûr.   La plus grande sauterie festivalière de France

La dernière fois que je m’étais rendu à « l’huma », j’avais 17 ans et je venais de passer l'un des meilleurs concerts de ma vie : Manu Chao. C'est donc 8 ans après que je décidais d'y retourner. Et malgré les années qui passent et les préjugés qu'on peut avoir sur cet évènement, j’étais stupéfait de voir toujours autant de monde à cette fête du nord-est parisien. Pour l’édition 2018, médias et consort estiment qu’il y avait près de 500 000 personnes dans le parc courneuvien, ce qui en fait clairement le plus grand festival de France mais également le plus atypique. Car c’est l’un des seuls festivals où tu peux écouter de la trance à un stand, et de la bachata dans celui d’à côté. C’est également l’un des seuls festivals où il est possible de s’émerveiller devant des animations en tout genre que ce soit des spectacles, des stands farfelus ou même des concerts sauvages.

Mais je pense aussi que cette affluence aussi forte était la cause d'un autre facteur : un line-up très éclectique avec un mix entre pionniers de la musique urbaine et artistes de la nouvelle génération. À savoir : Suprême NTM , Franz Ferdinand, Femi Kuti, Roméo Elvis, Bigbflo & Oli, Acid Arab... bref, une belle sauterie musicale en perspective !

Une soirée musicale en pointillé

De mon côté, j’ai décidé de m’y rendre le samedi à 18h30 pour le concert des potes « La vague » qui inscrit sa musique dans la vybe « Electro – rock », une tendance musicale très en vogue ces derniers mois.

Le show débute sur la scène Zebrock par un petit pépin technique. Thérèse, la chanteuse, commence à entonner quelques notes quand soudain les basses sautent. Mais pas de drame car finalement, quelques minutes plus tard, notre chanteuse enjouée peut reprendre le show sous un ciel tout bleu. Entre chansons pop, rythmes rock et sonorités électro, le groupe réussit à séduire son public par la force des choses. D'ailleurs, ne sachant pas vraiment à quoi m'attendre au début du concert, je suis moi-même séduit par les mélodies proposées par nos 4 musiciens. Et c'est dans ces moments-là que je me dis que les festivals sont les meilleurs endroits pour faire des vraies découvertes musicales !

[caption id="attachment_8331" align="alignnone" width="800"] Ayo - Festival Fete De L'humanite 2014 : 84eme edition - La Courneuve/URMAN_1547.50/Credit:Lionel Urman/SIPA/1409141609[/caption]

Une fois fini, on décide de se rendre au concert de Bigflo & Oli. Bon, à l'inverse d'un autre festival, sachez que d'aller d'une scène à une autre à la fête de l'huma n'est pas du tout une chose facile. Il faut emprunter des passages bondés de monde, la seule satisfaction est de passer devant des stands aux odeurs exotiques (Big up à mon poulet yassa du soir d'ailleurs). On arrive donc en retard sur la grande scène. Bigflo & Oli avaient commencé leur show, et faisaient déjà vibrer la foule grâce à des musiques dont seuls eux ont le secret. Alternant le rap, la salsa avec notamment l’invitation surprise de leur papa sur scène, ou autre surprises musicales comme la venue d'un de leur pote beatboxer sur scène, nos deux jeunes artistes maîtrisaient à merveille leur musique, tout comme la foule.

Ensuite, sur les coups de 00h, on décidait de profiter d’une grande nouveauté de la fête de l’humanité : la scène techno ! Après 1h passé à tester les nouvelles techniques de danse apprises en soirée house (sachez que j’avais le flow comme never) , une chose inquiétante se passa. Le show s'arrêta en raison d'émeutes et de barrages qui éclataient devant le hangar dans lequel nous étions. On le compris par la suite, mais cette scène était la dernière ouverte et forcément, il était impossible d'accueillir tout le reste des festivaliers dans un seul endroit.

Hormis cette mésaventure qui est venue ternir notre fin de soirée, je m'estime heureux d’avoir pu refouler la pelouse du parc de la Courneuve. Car la fête de l'humanité est quand même le premier festival que j'ai fait dans ma vie (*Nostalgie*).

Et croyez-moi, je suis sûr qu’en 2019, nos organisateurs se tiendront mieux préparés avec un line-up tout aussi alléchant que celui de cette année !

Poète Zinda

Yvan Palma,