Collegrove

Pendant que toute la planète se paluchait vendredi dernier sur les chutes de studio sorties du chapeau de Kendrick Lamar, le géant d’Atlanta 2 Chainz sortait le même jour son premier projet estampillé « album » depuis 2013 et le très bon B.O.A.T.S. II: Me Time. Et bonne surprise (ou pas), Lil Wayne est présent sur 8 et des 12 titres proposés sur Collegrove.  Que penser de cette collaboration, hyper excitante sur le papier ?

2 Chainz et Lil Wayne : deux figures majeures du rap et de la musique de manière générale qu’on est toujours heureux de retrouver, comme deux vieux potes qu’on aurait perdus de vue. Les deux rappeurs ont en effet plus ou moins disparus des radars depuis plusieurs années, ou du moins baissé d’intensité au niveau de leur impact sur l’industrie musicale.

Les deux artistes se connaissent bien, depuis longtemps, et leurs retrouvailles sont d’autant plus intéressantes que leur situation dans le game est étrangement similaire. Car même s’ils restent deux véritables stars du hip-hop, sur-médiatisées, icônes de la pop culture américaine, et au fort capital sympathie auprès du public, musicalement le bât blesse.

2 Chainz a bien sorti quelques mixtapes très cools ici et là (Free Base et 2014 et TrapAvelli Tre l’année dernière), avec toujours un ou deux tracks de folie, un vrai retour sur le devant de la scène se fait attendre. Weezy quant à lui est carrément en perdition, entre son incroyable embrouille (à présent apaisée) avec le père spirituel Birdman et Tha Carter V qu’on attend depuis plus de deux ans maintenant.

Lil Wayne et 2 Chainz

Laurel et Hardy

Que penser alors de cette dernière sortie ? Signalons avant toute chose que Collegrove n’est pas un album de pur duo à proprement parler (comme a pu l’être What a time to be alive de Drake et Future l’année dernière), et qu’on a bien à faire un projet de 2 Chainz : Wayne est crédité sur les huit morceaux où il intervient comme le serait un artiste en featuring. Et ça se ressent sur l’entièreté du disque : l’alchimie musicale des deux rappeurs – pourtant très proches dans la vie – n’est à aucun moment palpable.

Les meilleurs morceaux sont ceux où 2 Chainz évolue en solo, tel que le superbe Dedication où le rappeur exprime toute sa gratitude à son compère (If it wasn’t for Wayne, it wouldn’t beA lot of dudes in the game, including me), ou encore l’aérien Not Invited et l’énergique MFN Right. Sur un seul track, Gotta Lotta produit par Mannie Fresh, Lil wayne parvient à accorder son intensité et sa folie avec le flow plus nonchalant de 2 Chainz. Et puis quoi ? Rien d’autre à vraiment se mettre sous la dent malheureusement. Il ne nous reste plus qu’à écouter le dernier K-Dot comme tout le monde et attendre Tha Carter V.