Ce 23 mars 2018, David Federmann nous a dévoilé un nouveau projet collaboratif – 6 titres – réunissant cette fois-ci plus de 10 musiciens : « Water’s Edge » ; et nous propose a nouveau une belle expérience audiovisuelle avec son clip « Significant Others ft. Coco Jonza ».

Multi-instrumentiste autodidacte, David Federmann est d’abord reconnu pour ses talents de pianiste et son sens de la composition. C’est dans les jam sessions qu’il apprend la musique et qu’il y découvre, dès l’âge de 13 ans l’art de l’improvisation et la magie des rencontres. Il s’en inspirera dans la réalisation de son projet musical : un homestudio telle une scène virtuelle où il fait se rencontrer tous ces musiciens virtuoses croisés dans les clubs. En jouant du son comme d’une matière vivante et modulable, il bouscule les codes historiques du Jazz en les associant aux styles de musiques urbaines d’aujourd’hui.

Le single « Significant Others ft. Coco Jonza » (extrait de son EP « Water’s Edge ») est une belle performance audiovisuelle, qui transporte le public au rythme d’une musique à la fois douce et puissante. Tournée entre Paris et Stockholm, David Federmann y met en scène des protagonistes divers rassemblés autour d’une quête commune. Il nous entraîne alors dans une course au départ frénétique, puis qui devient de plus en plus calme. Et où le temps semble s’écouler à la vitesse d’un métro, d’un taxi, d’une balade, d’un sourire. Les gros plans mettent en valeur les visages et les corps des personnages, ainsi que certains détails de la cité où ils se trouvent. Mixés avec des plans plus flous visuellement et plus instables, où les couleurs chaudes – entre perles et faisceaux de lumière – se superposent, nous rappellent l’essence même de nos vies : l’amour. En effet, le titre « Significant Others » traduit cet aspect : les êtres chers, ceux pour qui l’on pourrait courir des heures, ceux pour qui l’on pourrait tenter de suspendre le temps afin que jamais leur vie ou leur espoir ne cesse. On ressent tout au long de l’histoire ce désir insatiable de la transmission et du désir d’autrui. Transmission du savoir et de la connaissance d’abord, de soi ensuite. Notamment avec ce bout de papier qui passe de main en main. Des âges et des âmes. L’ambivalence entre rapidité et calme se fait sentir tout au long du clip, jusqu’à son point final, son feu d’artifice, son explosion de douceur. Aux sonorités, s’ajoute un murmure enchanteur qui nous pousse à tendre l’oreille, à s’arrêter un moment. Murmure que l’on retrouve d’ailleurs dans le titre en ft. avec Karen Luke.

Son parcours professionnel, notamment à France Inter, lui permet de se perfectionner comme ingénieur du son. Il y apprend le langage de la radio, le rythme de la narration, mais surtout la culture du montage et de la production, qui le poussent à vouloir confronter le Jazz aux nouvelles technologies. Véritable performer live dès ses débuts, l’enfant des clubs évolue désormais dans le cadre « studio » qu’il considère comme une pratique bien à part. Il est devenu à ce titre un artiste officiel “Waves” (premier groupe mondial d’informatique musicale), asseyant ainsi ses talents de producteur.

En 2013, il crée le label VMAJ7, réunissant sur un même projet studio les meilleurs musiciens -collectif de plus de 30 artistes- avec lesquels il a eu la chance de jouer au fil des années. Le premier album éponyme qui rassemblera 15 musiciens sera récompensé au Grand Prix Sacem 2014. Un deuxième album collaboratif voit le jour en 2015 intitulé VMAJ13. Son nouveau projet studio convoque aujourd’hui plus de 10 prestigieux invités dont Valli, Karen Luke, Awa Sy, Jim Grancamp, Solorazaf…. En décembre dernier, il confiait au label britannique Foliage Records la sortie d’un premier single “Cherry Tree”, s’offrant ainsi une belle visibilité sur la scène anglaise. En mars, il revient avec “Water’s Edge” et annonce le double album “Poolside” à paraître en septembre.