On a eu la chance d’être présent au Lunar experience 000 qui s’est déroulé le 10 mars au Paris Event Center, un show singulier où s’est mélangé gros son, public déjanté & météo capricieuse pour notre plus grand bonheur, on vous raconte ! 

22h :  Le lunar expérience 000 approche à grands pas. Apéro avec les copains histoire de bien se préparer. L’ambiance commence à monter et on commence à demander à quelle sauce cette soirée va nous dévorer ou l’inverse. Il est temps de prendre la route pour le Paris Event Center. Metro bondé, mis on reconnaît rapidement nos futurs acolytes de soirée, bières à la main et paillettes aux yeux.

Une pluie nous happe dès la sortie. Trempée jusqu’aux os, la foule s’échauffe, se précipite vers les grilles dans un chaos torrentiel. La marée nous envahie …
Finalement, la foule avance relativement vite. C’est en moins de 30 minutes que nous découvrons l’enceinte mais avec les chaussures dégoulinantes en prime ! Enfin à l’abri. Le son tabasse déjà, c’est Radio Slave aka Matt Edward qui superpose du funk fracturé, des rythmes excentriques et une âme mécanique. J’ondule à travers la vague désarticulée, la scène fumante se dévoile sous mes yeux.

J’admire les lunes majestueuses, astres flottants scindés de laser verts. Puis c’est au tour de Minst Against, duo italien basé à Berlin à la techno psychédélique influencées par la musique des années 80. Un rendu au combien puissant et étonnement moderne.
Il est l’heure d’explorer le hangar démesuré. On passe un mur noir. Changement d’ambiance, bienvenu dans le havre de paix Camion Bazar ! On retrouve la caravane métallisée avec son emblématique boule a facette et une déco neigeuse toujours plus sophistiquée. La danse est à l’électro funk décomplexée qui réunit ses fidèles déjantés.

Petite pause industrielle au coin « chill » constitué de multiples palettes et d’un pont lumineux qui sera notre point de repère dans cette effervescence.
Besoin d’air frais le temps d’une cigarette, certains en profitent également pour assouvir leur petite fringale nocturne grâce à quelques foodtrucks appétissants.

Retour à la lunar room pour retrouver l’allemand Recondite. Un live court mais de qualité, deep mélancolique sophistiquée tout en simplicité.

6h sonne le glas, le resident du Berghain, Ben Klock nous réveille avec sa techno brute minimaliste. Un set de 3 h pour conclure de façon magistrale une soirée aux débuts difficiles.
Une grande expérience pour ce jeune collectif qui malgré des difficultés et contraintes certaines ont réussi à nous offrir une soirée mémorable couplée d’un line-up d’exception.