Who the fuck is Arsedi

WHO THE FUCK IS ARSEDI

A l’occasion de la sortie de son nouveau clip avec Deen Burbigo et Espiiem, on vous emmène à la rencontre d’Arsedi réalisateur de grand talent qui commence à faire beaucoup de bruit !

Bonjour Arsedi, est-ce que tu pourrais nous parler un peu de ton parcours ?

J’ai commencé de manière autodidacte juste parce que j’avais un attrait pour la photo et le visuel de manière générale, plus jeune je passais pas mal de temps à regarder ce qui se faisait sur le net.
En fait, en 2007 je suis parti en Thaïlande et j’étais juste dégouté de rentrer de ce voyage avec des photos d’un jetable Kodak. J’ai donc chopé mon premier reflex à ce moment-là (le Nikon D40) et c’est de là que tout est parti…

J’ai commencé avec mes potes à faire nos délires et puis j’ai commencé à avoir des retours sur Myspace à l’époque puis sur Facebook j’ai eu mes premiers clients et projets comme ça.

En 2010 je bossais à Hong Kong et j’ai mis la main à la vidéo pour la première fois avec un 5D en filmant des processus de fabrication de produits. Ça m’a emmené ensuite aux clips et j’ai eu la chance de tourner en France puis à NYC, Dublin, London, Montréal…

Et puis comme t’es tout seul dans ton truc t’apprends à tout faire : prises photos, retouches, cadrage, montage, étalonnage, post prod, chef op etc…

Pourrais-tu nous  dire comment tu définirais ton travail ? 

On vient souvent vers moi pour mon « grain », la pâte que j’ai dans mes visuels.

Je pense que ce sont mes couleurs, l’atmosphère que j’apporte, le côté un peu dark de mes images qui font que j’ai mon délire à moi.

Où tu vas chercher ton inspiration ?

A travers tout ce qui m’entoure et ce que j’ai pu vivre/voir.
J’ai eu la chance de pas mal voyager et de vivre des expériences fortes. Les souvenirs, les émotions etc… ça t’habite pour toujours. Et puis comme tout le monde, les films classiques comme moins connus, des vidéos cool sur Vimeo ou d’autres site web avec des contenus intéressants : photos, vidéos, gifs, typo, dessins, animations, croquis, peintures…

Les premières photos dont tu te souviens ? 

Là ce qui me vient tout de suite en tête c’est la photo d’un danseur (Bboy GEE) que j’ai rencontré à New York en 2008 lors d’un shooting que je faisais avec une artiste locale. Le gars m’a fait une figure inversée en plein Soho, j’ai kiffé !

On a passé l’après-midi à rider Manhattan, smoke dans ma chambre d’hôtel et finir dans un resto japonais à bouffer des sushis. Gee joue maintenant dans des films et des pubs, il danse pour Chris Brown !
On est toujours en contact c’est cool.

WHO THE FUCK IS : ARSEDI

BBOY GEE / NYC 2088

Et puis ce Deli à Harlem au corner de la 128eme et de Lenox qui n’existe plus aujourd’hui…

WHO THE FUCK IS : ARSEDI

HARLEM / NYC 2008

Y’a aussi le portrait d’un pote comédien à l’époque toujours en 2008.

 

WHO THE FUCK IS : ARSEDI

CRAZY JOKER / PARIS 2009

 

Le premier clip que t’as tourné ?

Je suis rentré d’Hong Kong j’ai tout de suite acheté un 5D.
Le lendemain je tournais mon premier « clip » à Boulogne avec Tuerie Balboa et Luidji.

Arsedi nous confit en Off que le clip à l’époque a été monté sur iMovie, il a fait du chemin depuis le homie !

La (les) photo(s) dont tu es le plus fier ? 

Clairement mes photos de voyages. C’est ce qui va me définir le plus, c’est ce que j’ai vécu, ma façon d’avoir découvert l’inconnu et d’avoir vu cette immersion à travers des clichés uniques. Que ce soit les photos de l’Inde ou du trip en Amérique Latine. Et puis à travers tes clichés tu fais voyager des gens, tu leur donnes peut être même envie d’y aller ! C’est lourd…

Who the fuck is Arsedi

BIDONVILLE KORUKUPET / CHENNAI INDE 2011

Who the fuck is Arsedi

POINTE DE Dhanushkodi / INDE 2011

Who the fuck is Arsedi

KOCHI / INDE 2011

LAGUNA BLANCA / BOLIVIE 2012

LAGUNA BLANCA / BOLIVIE 2012

Les clips dont tu es le plus fier ?

Je dirais les clips qu’on à fait à London avec l’équipe (Srabi Machine, J-Flowz, Mad Brains).

C’est là ou je me suis le plus amusé en réal. Que ce soit les masques super chelous types corbeaux dans « Tweak » de J-Flowz ou les décors de campagne décalés pour tourner un clip de rap dans « Solo » de Mad Brains. Des bons moments et puis c’est toujours chanmé d’aller clipper dans d’autres pays. Tweak c’était à Londres et Solo dans le Devon, on a pris des cars, des voitures, on a dormi dans des refuges etc. c’était mortel !

Le fait le plus marquant d’un tournage ?

Tu passes ton temps à attendre… (rires) !
Non franchement si un jour j’arrête de faire des clips (de rap en tout cas) ce sera à cause de ça.

Le clip le plus difficile que tu aies eu à réaliser ?

Le clip Solo en Angleterre, c’était physique… Enfilage de bottes et tournage les jambes dans l’eau, tournage sur plusieurs jours, beaucoup de marches pour accéder à certains endroits etc… Une vraie expérience !

Quels sont tes moteurs ?

J’ai toujours envie de faire mieux et j’ai toujours envie de créer sinon je m’ennuie.
Je l’ai clairement senti quand je suis parti en vadrouille plusieurs mois sans ordi sans rien et que j’avais juste envie de tout exporter pour travailler mes images et les partager aux autres.

Quel est ton habitude la plus chelou avant de partir en tournage ? 

Je passe toujours au Franprix à côté de chez moi pour me prendre le paquet de gâteaux que je kick depuis la primaire : les palets bretons Roudor !

Aujourd’hui, influencé par la course aux likes, beaucoup de photographes et réalisateurs se tournent vers tout ce qui est charnel, modèle de charme etc… Tu es loin de surfer sur cette vague tu pourrais nous dire pourquoi ?

Y’en a qui arrivent à faire des choses subtiles et belles avec des jeux de lumières sympas, des angles intéressants et faire du suggéré mais sinon je trouve ça nul.

T’écoutes quel son quand tu fais de la photo ?

Je fais confiance à mon Soundcloud !

Souvent des instrumentales, quand je suis dans mon truc j’écoute pas trop ce que les chanteurs racontent de toutes façons.

 

 

 

Qu’est-ce que tu penses de la concurrence, et de de la scène artistique parisienne ?

Je suis très rap dans ce que je fais alors parlons de ça.
Beaucoup font la même chose en terme de musique et en terme de clips aussi… Des plans danses, du ralenti pas très propre sur Twixtor etc. on revoit beaucoup les mêmes choses mais bon ça marche, il suffit de voir les vues !

Après y’a des réal français que je trouve super talentueux et qui apportent vraiment leur touche pareil pour certain(e)s photographes. Y en a qui voyagent grâce à ça, qui vivent des vrais trucs, qui gagnent leur vie à travers leur passion et grâce à leur talent je trouve ça cool. T’es indépendant.

T’es au début (de ta très longue carrière on te le souhaite) mais il y a déjà un choix ou quelques choses que tu aurais voulu faire différemment ?

Si j’avais su j’aurais gagné du temps en faisant des études dans l’image pour aller plus vite, rencontrer des gens dans le même domaine que moi plus tôt. Aujourd’hui je bosse souvent seul, j’aurais fait en sorte de m’entourer de gens talentueux et complémentaires bien avant. Avancer en équipe c’est toujours un truc que j’ai voulu faire. Ca va pas tarder…

Ton endroit préféré pour shooter ?

La rue, la ville. Des décors existants et la lumière du jour.

Il y a d’autre truc qui te passionne que tu voudrais découvrir ? 

Un de mes grands regrets est de n’avoir jamais pris le temps d’apprendre à jouer d’un instrument de musique. Je pense que me mettrai au piano un jour, tu peux créer pas mal de choses ensuite quand tu sais jouer du piano… Tu me feras une nouvelle itw dans 5 ans quand je me serai reconverti dans la production musicale hahaha.

Et dans moins d’un an je me suis promis de sauter en parachute, j’ai envie de me prendre le truc en pleine face, la bouche ouverte pleine d’air tout ça.

Parle-nous un peu de ton actualité et tes projets à venir ?

J’ai pas mal de pain sur la planche. Je bosse pas mal avec Espiiem autour de son premier album solo qui sortira en fin d’année. J’ai plein d’autre trucs à côté.
J’ai dernièrement bossé sur des projets Armani prévus pour 2016, là je suis sur un film de marque pour du Champagne et j’ai fait la vidéo pour un mariage le week-end dernier !

Quelque chose que tu voudrais ajouter ?

Big Up à La Frasque, je connais certains membres de l’équipe depuis un petit moment maintenant. Merci pour l’article les frèros ! #PDC

Et puis big up à toi jeune lecteur si tu as pris le temps de lire toutes ces balivernes jusqu’au bout !

ARSEDI EVERYWHERE

Site : Arsedi
Facebook : Arsedivision
Instagram : Arsedi
Twitter : @arsedivision
Contact email : arsedivision@gmail.com